Posted on Leave a comment

Retrouvez-nous au salon HOPE à Namur, les 8 et 9 octobre 2022

HOPE, c’est quoi ?

HOPE, le salon des initiatives citoyennes et des projets durables, réunit des projets qui ont pour vocation de changer le monde. Justice sociale, climatique, alternatives éco-responsables ou actions solidaires, le salon aux 100 projets qui changent le monde revient pour sa 7ème édition à l’Arsenal de Namur, les 8 et 9 octobre 2022, après avoir foulé le mythique Tour & Taxis en septembre 2021.

Découvrez l’édition précédente du salon HOPE

La première mission du salon HOPE est de sensibiliser le grand public aux enjeux du développement durable et de l’aider à trouver des solutions locales. En effet, on y retrouve des projets de sensibilisation à l’environnement, à l’alimentation durable, à la préservation de la biodiversité mais également des projets sociaux, économiques et on y parle aussi d’énergies renouvelables et de zéro déchet, par exemple.

On y trouvera également un village bien-être, des projets de mode éthiques ou encore relatifs à l’enfance. Le droit des femmes, l’égalité des chances, l’action sociale sont également des valeurs piliers de l’événement, représentées par des associations en lien avec ces thématiques.

En second plan, HOPE souhaite, grâce à la réunion physique de tous ces acteurs de demain, créer des synergies, renforcer le réseau et inspirer le plus grand nombre afin de pouvoir échanger des bonnes pratiques lors de moments d’échanges conviviaux et productifs.

Cette année 2022, l’association 100% bénévole organise un village spécifique dédié à l’emploi et à la formation. En effet, le constat est que, suite à la pandémie de covid19, de nombreuses personnes ont remis en question leur situation professionnelle et sont à la recherche de plus de sens ou simplement en quête de réorientation. C’est pourquoi les organisateurs souhaitent proposer au public des alternatives pour se former ou se réorienter vers d’autres horizons possibles !

Cela se traduit en accueillant, au sein de l’événement, des établissements d’enseignements avec des vocations liées au développement durable mais aussi des plateformes digitale d’offres d’emplois dont les sociétés ont des valeurs éthiques, des couveuses d’entreprises, des structures d’accompagnement à la création d’emplois et bien plus.

Le salon HOPE et son village spécial JOBDAYS, c’est le rendez-vous pour découvrir des alternatives, s’informer, se former, trouver ou créer un projet privé ou professionnel , éthique, bon pour l’humain et la planète.

DÉCOUVREZ NOTRE LINGE DE MAISON ET D’ENTRETIEN DURABLE:

Lors du salon HOPE, vous aurez l’occasion de découvrir nos alternatives écoresponsables au tout jetable et au tout plastique. Nous vous ferons découvrir le chanvre et le lin, ces plantes incroyables qui offrent des solutions concrètes pour réduire notre empreinte carbone et notre dépendance aux ressources fossiles ou limitées, comme l’eau potable !

Venez nous rencontrer et soutenir notre travail pour relocaliser une industrie textile belge durable et écoresponsable.

En savoir plus sur Design for resilience

INFOS PRATIQUES:

Date: 8 & 9 octobre 2022
Lieu: Arsenal de Namur, Rue Bruno 11 5000 NAMUR
Prix: sur base de dons (min. 2€) – pas de réservation préalable
Site web: www.hopeandchange.be

AU PROGRAMME:

ACTIVITÉS

  • village de stands
  • conférences
  • ateliers & coaching
  • cleanwalk (balade ramassage de déchets en ville)

AUDIENCE HOPE JOBDAYS

  • 15 exposants JOBDAYS et 50 exposants HOPE
  • des structures couveuses d’entreprises (structures
  • d’accompagnement à l’auto-création d’emploi
  • (SAACE)
  • Des initiatives publiques pour l’emploi

THÉMATIQUES

  • L’agriculture durable
  • Soins à la personne & santé
  • Construction durable
  • La récup & le zéro-déchet
  • Les projets sociaux
  • L’environnement et biodiversité
  • La mode éthique
  • La technologie
  • Les médias alternatifs
  • L’entrepreneuriat
  • La médecine douce, la cosmétique
  • La finance autrement
  • L’éducation
  • La coopération au développement

Au plaisir de vous y rencontrer et de vous y présenter nos produits ! Payement par cash, QR code via Payconiq et carte visa en dernier recours aceptée ! 🙂 À bientôt !

Découvrez tous nos autres évènements

Posted on Leave a comment

Salon Maison&Objet 2022 | 08 – 12/09/2022

Tendances décorations d’intérieur : Les éponges résilientes sélectionnées par Julie Boucherat pour le salon Maison&Objet.

Vous êtes clients professionnels et vous prévoyez de visiter le salon Maison&Objet ? Découvrez-y nos produits de nettoyage écoresponsables dans les espaces Tendances du salon en septembre prochain à Paris.

En effet, dans le cadre de la nouvelle édition du salon M&O, Julie Boucherat a sélectionné nos produits de nettoyage pour la maison. Ceux-ci seront présents dans les espaces tendances qui ont pour thème les nuances de blanc. 

La directrice artistique et contributrice pour le magazine Milk Decoration a choisi une série d’objets de décoration d’intérieurs aux nuances variants du blanc au grège, en passant par l’ivoire et le grès.

Nos produits seront répartis dans différents espaces : le grand espace MOM (Maison & Objet & More), situé à l’entrée du Hall 5B et dans les 4 nouveaux espaces MOM, situés à l’entrée des halls 1, 2, 3 et 4.  

Venez découvrir nos éponges vaisselles résilientes et nos tampons-à-récurer en chanvre !

En savoir plus

Date:  du 8 au 12 septembre 2022.

Adresse: Parc des expositions de Paris Nord Villepinte.

Infos pratiquesMaison&Objet

Posted on Leave a comment

Journée Mondiale de la photographie

Interview de Marine Ferrante

Chaque année, le 19 août, nous célébrons la Journée Mondiale de la Photographie, date “officielle” de l’invention du daguerréotype, un processus photographique développé par Joseph Nicéphore Niépce et Louis Daguerre en 1837… mais le 19 août correspond surtout à la date d’acquisition par l’état Français du brevet de l’invention 2 ans plus tard… le 19 août 1839, vous suivez ?

À cette occasion nous avons décidé de mettre en avant le travail photographique de Rodéo Studio qui sublime nos produits depuis bientôt 2 ans. Rodéo Studio est formé par quatre designers qui sont Marine Ferrante, Emilie Lanoue, Max Troupeau et Arnaud Routaboul. Aujourd’hui, plus particulièrement nous vous présentons Marine Ferrante, la photographe de l’équipe.

Marine Ferrante

Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Après une licence en sciences économiques et gestion, j’ai étudié pendant 5 ans à l’école de Condé, à Paris. D’abord l’image dans le cycle photographique, soit une licence en trois ans, puis une spécialisation en communication dans le cadre du master de stratégie de communication par l’image, en deux ans. 

Après un stage de fin d’étude de 6 mois chez Picto, entreprise spécialiste de l’image, à Paris, je me suis lancée en tant que photographe / retoucheur freelance pendant 3 ans, avant de co-fonder Rodéo. Cette période m’a permis de faire mes armes dans divers domaines, notamment la mode, et au cours de missions courtes mais aussi auprès de clients réguliers et qui font maintenant partie du carnet d’adresse de Rodéo.”

Pourquoi avoir choisi la photo comme métier ?

“J’ai toujours aimé avoir un appareil photo dans les mains, c’est un outil qui facilite mon interaction avec l’environnement et avec les gens qui m’entourent. C’est un moyen d’expression qui me va bien.” 

Dès son jeune âge, Marine a déjà commencé à photographier ses sorties scolaires. Son appareil photo est depuis devenu son objet fétiche.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

“J’aime l’observation, l’approche, la construction de l’image, la capacité de saisir des choses qu’on pourrait voir sans les remarquer, la possibilité de recréer ses sensations au cœur du studio, la concentration que cela demande, le plaisir au moment de l’aboutissement.” 

L’art de la création visuelle fait partie de ce qui la passionne le plus dans ce métier. Dans la photographie, le temps consacré et la mise en scène créée à partir des objets à disposition font la valeur du métier.

“J’aime aussi beaucoup parcourir les images des autres et me laisser happer, jusqu’au moment où une image retient mon attention et que je cherche à comprendre pourquoi, et qu’est ce qui, techniquement ou émotionnellement, m’a fait m’arrêter sur cette image.  C’est très formateur et particulièrement enrichissant, même si je prends souvent des claques qui me rappellent que j’ai encore tout à apprendre.”

même si je prends souvent des claques qui me rappellent que j’ai encore tout à apprendre.” 

Peux-tu nous raconter ton histoire avec Rodéo Studio ?

“Après la photo, j’ai étudié la communication pour aller plus loin dans l’utilisation de mes images. Ça a été très enrichissant de travailler avec des graphistes et un groupe de travail en particulier m’a paru particulièrement cohérent et efficace.

« Dans une équipe, la bonne ambiance est une chose, mais ne suffit pas, l’efficacité est bien mais la cohésion du groupe est encore plus importante.« 

Nous sommes restés en contact après nos études et un jour, l’un de nous a rassemblé l’équipe avec une idée en tête : “travaillons ensemble”. Pour moi qui avais travaillé solo pendant 3 ans, c’était l’occasion de réintégrer une équipe et de participer à des projets plus complets, d’être à nouveau stimulée par ces créatifs dont j’avais déjà apprécié le talent. Ça a tout de suite été très exigeant mais aussi très satisfaisant.”

« Ça a tout de suite été très exigeant mais aussi très satisfaisant. »

Le quatuor s’est formé lors du master en communication. Après leur projet au théâtre des Champs-Elysées, ils se sont rendus compte que le groupe pouvait associer une bonne ambiance et une cohésion de groupe à une efficacité de travail, d’autant plus que le fonctionnement en équipe exige un équilibre. Chacun des quatre co-fondateurs de Rodéo ont leur propre univers et reste complémentaire au reste de l’équipe, ce qui fait une très bonne affinité graphique.

Est-ce challengeant de prendre en photo des éponges vaisselles ou de travailler pour Design For Resilience ?

“Absolument ! Design For Resilience crée des objets du quotidien qui ont plus de valeur qu’il n’y paraît, qui ont plus à dire que juste leur fonctionnalité. L’enjeu de la conception des images était de les mettre en valeur comme des produits de choix, de caractère, dans un cadre organique et géométrique. Les images principales ne parlent pas de la fonction de ces objets, mais de leur qualité. C’était aussi la première réalisation photographique du studio Rodéo et l’occasion de voir ce que nous étions capable de produire ensemble. Et lorsque nous avons renouvelé l’exercice un an plus tard, nous avons pu constater nos progrès et notre évolution.” 

« Design For Resilience crée des objets du quotidien qui ont plus de valeur qu’il n’y paraît, qui ont plus à dire que juste leur fonctionnalité. »

Photographier l’éponge résiliente nécessite toute une mise en scène pour justement souligner la qualité de l’objet. L’équipe a mis en œuvre toute une stratégie pour mettre en avant les matériaux de l’éponge.

Comment est-ce que tu travailles de manière générale ?

“Généralement, on travaille à 4 sur un projet, et l’on répartit les tâches par binôme. Pour Design for resilience, c’est surtout Émilie et moi qui préparons le travail photographique, car émilie a aussi de très bonnes compétences de set design ! (le set design, en gros, c’est tout ce qui va composer l’image et l’objet à prendre en photo, choisir les teintes, choisir les accessoires, l’ambiance, plutôt automnale ou printanière, et souvent les photographes travaillent avec un set designer qui va se charger de ce travail et ici c’est Emilie qui prend ce rôle là ! 

Emilie et moi, on dessine des croquis de ce qu’on a en tête, on a des croquis pour chaque visuel. On sait combien de visuels on va faire, il y a des visuels qui ne fonctionnent pas mais ce n’est jamais un échec, c’est souvent une réinterprétation. 

On est à 4 sur les shoot’, c’est la seule activité où on peut vraiment être à 4 physiquement pour travailler.

On valide à 4 les idées de visuels, puis on prépare tout à deux (Marine : technique, Emilie : Set design) et les gars arrivent et doivent un peu s’adapter à ce que l’on a préparé et viennent mettre leur graine de sel…

Il y a parfois des croquis 2D avec un passage plus difficile en 3D, on a donc parfois besoin de s’adapter ou de réajuster et les gars sont là pour nous aider ou nous challenger et moi pour tempérer ce qui est techniquement réalisable ou non. 

On fait ensuite la sélection à 4, puis je fais la post prod’  (retouche photo, réglage des photos, etc.). ” 

Est-ce que tu as des projets ou passions que tu souhaites partager ?

“En parallèle de mon activité pro je passe du temps sur la fabrication d’objets et de maquettes en papier dans le but d’en faire des objets visuels, parfois animés.

C’est une compétence que je mettrai avec plaisir au service de Rodéo si une occasion se présente.”

En dehors de son travail, la confection de maquettes en papier lui demande beaucoup de temps, mais elle permet d’extérioriser beaucoup d’idées. Marine le fait surtout pour son propre plaisir et pour les offrir en cadeau pour ses proches.

Quelle est ta plus grande fierté photographique ?

“Je n’ai pas vraiment de préférence en particulier, mais j’ai un petit penchant pour les photos de voyage.” 

Cette image de l’aurore boréale en Islande en septembre 2021. Elle est pleine de surprise car elle a été prise au tout début de la période des aurores boréales.

“C’était au début de la saison des aurores boréales, on avait vraiment très peu de chance d’en voir une. On décide tout de même de poser le pied de l’appareil photo. Ce soir-là, ça a commencé par un léger effet de lumière, et quelques instants après une lumière intense a embrasé le ciel pendant une minute.”

Posted on Leave a comment

Qu’entend-t-on par « résilience » ?

Aujourd’hui, prenons le temps de faire le point sur ce qu’est la résilience.

Utilisé à toutes les sauces depuis la pandémie, il paraît nécessaire de faire le point avec vous sur ce qu’est la résilience, pourquoi ça nous concerne tous et surtout comment nous mettons des choses en place pour la préparer.

Ce n’est plus un scoop, nous manquons déjà d’eau potable et de nombreuses ressources utilisées pour améliorer notre confort occidental entraînent des conséquences dont on n’est pas vraiment fière. 

Face à l’urgence écologique, le dérèglement climatique et la raréfaction des ressources, il nous semble nécessaire d’apprendre à consommer autrement en mettant l’accent d’une part sur la frugalité et d’autre part sur la consommation modérée et réfléchies des ressources abondantes, renouvelables et non-toxiques. 

Bye bye plastique. 

Qu’on le veuille ou pas, arrivera un moment où nous n’aurons plus accès aux énergies fossiles en abondance et où celles-ci seront réservées à certains types d’activité jusqu’à épuisement des stocks… les pénuries entraînant avec elles leurs lots de crises et conflits civils ou armés à venir, il apparaît nécessaire de se préparer à d’éventuels black-out ou limitations énergétiques dans le futur. Alors pourquoi ne pas apprendre en amont à se passer du superflu et à limiter notre consommation en ressources précieuses, fragiles ou polluantes ? 

C’est en tout cas l’une des missions que nous nous sommes fixées et qui s’inscrit profondément dans la transition écologique *.  

En soi, il s’agit pour nous de garder une vision optimiste de l’avenir. Plutôt que de subir la solastalgie ** et de se morfondre face à l’inaction globale et à la destruction des écosystèmes, nous pouvons agir et imaginer d’autres modèles et d’autres lois en veillant bien sûr particulièrement à ne pas créer de nouveaux problèmes. 

C’est pourquoi l’un des premiers produits que nous avons pris à bras le corps a été les éponges vaisselles synthétiques et cellulosique (viscose). Produites dans des matières nocives, polluantes à produire et à extraire, elle se disséminent dans tous les écosystèmes lors de leur utilisation. Notre but était donc d’inventer une nouvelle manière de faire la vaisselle ne reposant pas sur du plastique, de la viscose ou encore du coton qui dépend tout autant des énergies fossiles pour être produit et pollue.

* La Transition est un mouvement d’initiatives visant à assurer la résilience d’une communauté, c’est-à-dire sa capacité à continuer de fonctionner malgré des crises économiques et/ou écologiques extérieures.

** Inventée en 2003 par le philosophe australien Glenn Albrecht, la solastalgie est inspirée du mot « nostalgie ». Elle définit la souffrance psychique que l’on peut ressentir face à des paysages détruits par le changement climatique, rapporte un article du HuffingtonPost.

Découvrez nos alternatives au plastique et au jetable :

Pour aller plus loin :

Nous vous recommandons ces lectures : 

The Transition Handbook: From Oil Dependency to Local Resilience de Rob Hopkins

Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne

Ou ces conférences : 

Écologie, progrès et décroissance : Arthur Keller et Aurélien Barrau. 1h

Arthur Keller – Les défis de notre temps : caractérisation systémique et stratégie systémique 3h

Posted on Leave a comment

Comment utiliser et entretenir les lingettes démaquillantes lavables ?

Le nettoyage de la peau est nécessaire pour éviter que les bactéries et les excès de sébum ne s’accumulent à la surface pour former des acnés [1].

Pour nettoyer votre peau, privilégiez les lingettes démaquillantes lavables, d’une part parce qu’elles sont plus économiques et réutilisables, d’autre part parce que les lingettes jetables en coton sont excessivement gourmandes en pesticides et en eau lors de leur production, ce qui impactent votre santé et la planète.

C’est pourquoi nous vous recommandons le lin qui est une fibre hypoallergénique, antifongique et antibactérienne.

Continue reading Comment utiliser et entretenir les lingettes démaquillantes lavables ?
Posted on Leave a comment

Exposition : ‘The Gift To Be Simple’, New York Textile Month VII – du 02/10 au 10/10.

Nous tenons à remercier Lidewij Edelkoort et Philip Fimmano de nous avoir sélectionnés pour leur exposition ‘The Gift To Be Simple’, dans le cadre de la 7ème édition du New York Textile Month ! En collaboration et avec le soutien de Belgium is Design, merci à eux !

The Gift To Be Simple’, une nouvelle exposition de design contemporain organisée par Lidewij Edelkoort et Philip Fimmano dans le cadre de la 7ème édition du New York Textile Month du 02/10 au 10/10.

Plus d’informations à venir prochainement…

En savoir plus

Plus d’informations sur Belgium is Design

Posted on Leave a comment

L’essuie cheveux en lin ‘sèchage rapide’ débarque !

Notre essuie cheveux en #lin Européen #MadeinBelgium est là ! PLOUF ! Euh, ffhut’ ! Quelle onomatopée utiliser quand ça absorbe vite ?

Pour un séchage plus doux, écologique, économique et plus rapide des cheveux, choisissez notre nouvel essuie cheveux en lin Européen.

Pourquoi pas du lin Belge ? Il n’y a plus de filature de lin en Belgique depuis plusieurs décennies ! La course au tout moins cher les a emportées… en Asie, et en Europe de l’Est.

Continue reading L’essuie cheveux en lin ‘sèchage rapide’ débarque !
Posted on Leave a comment

Journée de sensibilisation au chanvre | 10 mai 2022 @ Liège

Dans le cadre du festival Nourrir Liège 2022, une journée sera dédiée au chanvre et à ses débouchés.

Rejoignez-nous le 10 mai prochain, de 10 h à 18h, pour découvrir tout ce qu’il est possible de faire à partir de cette plante trop peu connue !

Nous y serons présents pour vous présenter nos produits en chanvre, que vous pourrez acquérir sur place de 10 h à 18h (attention nous ne serons pas présent de 10h30 à 12h30 sur le stand) !

Le plus de la journée ? Une rencontre pour échanger autour de la thématique de « la culture et la transformation du chanvre bio local : enjeux et opportunités« , de 10h30 à 12h30. Cet échange est destiné aux professionnels de la filière, mais le public est bienvenu sur inscription : Réservation via

Dans le cadre du festival Nourrir Liège 2022, une journée sera dédiée au chanvre.

🌱 Rejoignez-nous le 10 mai prochain pour découvrir tout ce qu'il est possible de faire à partir de cette plante trop peu connue ! https://nourrir-humanite.org/event/journee-chanvre/
Le programme de la journée sur facebook et sur leur site.

En savoir plus

Posted on 1 Comment

Assouplissant naturel et pas cher – Recette de grand-mère

Comment assouplir mon linge et mes textiles sans ruiner la planète ?

L’eau courante est bien souvent calcaire ! Cela entraîne une agglomération de résidus calcaire dans votre linge et le rend rêche. L’eau de pluie est plus acide que l’eau du robinet ! Si vous le pouvez, lavez votre linge à l’eau de pluie, en plus d’adoucir votre linge, elle lavera mieux, avec moins de savon.


Recette maison pour assouplir votre linge :


Dans le bac d’assouplissant de votre machine à laver, versez :

  • 1/3 de vinaigre blanc
  • 2/3 d’eau de pluie (si possible)

Selon la dureté de l’eau, ajoutez plus de vinaigre si nécessaire.

Vous pouvez préparer à l’avance 35 cl de ce mélange qui équivaut à 3 lessives.

Profitez à présent de la douceur de votre linge de maison !