Posted on Leave a comment

Voici comment nous avons commencé à produire nos tissus en Belgique.

Relocaliser une production de textile belge et écoresponsable : un défi qui demande une mobilisation

Précédemment, nous vous parlions de la naissance de Design for resilience. Du désir de Vanessa de lutter contre les dérives de l’industrie textile en apportant une solution durable.

Mais avant d’en arriver là, Vanessa a dû faire face à pas mal de difficultés ! 🧐

Il y a 10 ans, on ne parlait pas de transition écologique comme on en parle aujourd’hui. 

👉  Peu de gens croyaient en une production de tissus et de vêtements éthiques et en circuit court. Trouver des financements, des partenaires ou des fournisseurs s’est révélé difficile.

Refuser d’endosser le modèle industriel implique de revoir les méthodes de production classiques.
👉  Il a fallu redoubler d’inventivité et de patience pour mettre au point une production sans fibre synthétique et proche du zéro déchet à des prix avantageux pour les consommateurs.
🤝 Dans chaque étape de production, nous veillons à ce que chaque personne travaille dans de bonnes conditions et reçoive un salaire juste et équitable.

Travailler nos matières pour qu’elles correspondent aux usages auxquels nous les destinons (pour la peau du visage ou pour le nettoyage) demande une main d’œuvre spécialisée qui se fait rare en Belgique.

Développement de nos tissus en chanvre. Wallonie, Belgique ©Bettina Genten 2021

Utiliser des matières écologiques (VRAIMENT écologiques 😏), ça a un certain coût.
👉  Des investissements importants ont été réalisés alors que Vanessa sortait à peine des études. Ils ont servi à financer l’achat de fils, la production des premières pièces, la mise sur le marché, la communication, la recherche et le développement de fils éthiques en circuit-court, etc. 

Mais ce n’est pas tout… 

Design for resilience, c’est plus qu’une marque de produits textiles. Derrière la marque, se cache un enjeu bien plus important : la relocalisation d’une filière textile en Belgique. Un projet social, économique et écologique pour lequel nous nous battons au quotidien. (Nous vous en parlerons prochainement !)

“Malgré tout, je ne regrette pas une seule seconde d’avoir fait le choix de l’entrepreneuriat. Quand je regarde en arrière, je suis fière du chemin parcouru. Et par-dessus tout, je suis contente de voir qu’on va enfin dans la bonne direction !”

Vanessa Colignon

Évidemment, il reste encore pas mal de changements à mettre en place pour atteindre une société plus durable, mais nous sommes heureux d’y contribuer à notre façon.

Envie de faire bouger les choses vous aussi ?
📌 Soutenez-nous en offrant un cadeau durable !

Posted on Leave a comment

L’histoire de Design for resilience

Linge de maison durable fabriqué en Belgique.

Comment est né notre studio de création de textiles écoresponsables et belges ?

Vanessa Colignon, sa fondatrice, a toujours rêvé d’exercer un métier créatif à travers le métier de styliste et la création de tissus et de vêtements solides et singuliers.

À ses yeux, les matières textiles ont quelque chose de magique : des éléments naturels issus des plantes ou de la laine peuvent être transformés, tissés et assemblés pour créer quelque chose d’inédit, de beau et d’utile. 

Motivée par l’ambition de faire de la création d’habillement son quotidien, elle s’est lancée dans une formation de stylisme dès l’âge de 14 ans. 

Mais plus elle s’intéressait à l’industrie textile, plus elle constatait que son idéal était très loin de la réalité !
En 2009, plusieurs ONG ont dénoncé des pratiques courantes (et scandaleuses) chez les grands industriels du textile tous secteurs confondus : 

  • Exploitation et mise en danger de la main-d’oeuvre ouvrière
  • Maltraitance animale 
  • Pollution à large échelle et destruction d’écosystèmes 
  • Monopolisation du marché  

❌ Le constat est sans appel : Vanessa ne pouvait plus continuer à soutenir cette industrie. Ni financièrement (hors de question de continuer à acheter des produits sans aucune éthique), ni professionnellement ! 

Portrait de Vanessa Colignon par Sam Gilbert - Septembre 2022

C’est pourquoi, il y a 2 ans, Vanessa a décidé d’agir à sa manière en créant Design For Resilience, un atelier de recherche textile pour un mode de vie durable. 

✅ Concrètement, nous créons nos propres textiles écoresponsables et belges à partir de fibres de lin et de chanvre certifiés grâce à un système de production unique qui nous permet d’être proche du zéro déchet.

Aujourd’hui, avec Romain, notre producteur, nous mettons notre savoir-faire et notre créativité pour trouver de nouvelles manières de répondre à vos attentes tout en respectant les valeurs humaines et écologiques de Design for Resilience. 

Et nous n’avons pas fini de vous surprendre ! 👕 Abonnez-vous à notre newsletter pour être informé de nos nouveautés en exclusivité.

Soutenez-nous :

Posted on Leave a comment

Alinessence – Savons solides efficaces et écologiques

Cela faisait longtemps que nous souhaitions agrémenter notre gamme de textiles avec des savons et shampoings solides et respectueux de l’environnement.

Cet hiver, nous vous avons concoctés quelques coffrets combinant nos produits de soin au slow cosmétiques d’Alinessence !

Une édition limité en temps et en quantités que vous pouvez précommander ici pour Noël ! De quoi avoir l’embarras du choix pour choisir un cadeau écologique, durable et utile pour les fêtes de fin d’année ! Le tout, fabriqué en Belgique !!

Aline Assadourian : pharmacienne de formation, savonnière par passion.

Aline Assadourian, fondatrice d’Alinessence ©A.Delsoir

Qui se cache derrière Alinessence ?

Aline Assadourian, la créatrice d’Alinessence, est diplômée en pharmacie. Elle utilise son expertise en dermo-cosmétique, aromathérapie, aromachologie et olfactothérapie pour confectionner artisanalement des cosmétiques qui font voyager vos sens aux quatre coins de la terre. 

Alinessence, ce sont des savons à base d’ingrédients 100% naturels et respectueux de l’environnement. Les huiles, exclusivement végétales, sont issues de l’agriculture biologique. Et, vous n’y trouverez ni huile de palme, ni parfum ou colorant synthétique, ni bille de polyéthylène.

Tous les savons Alinessence ont été réalisés grâce à la technique de saponification à froid. Cette méthode permet de conserver toutes les propriétés bienfaisantes des composants du savon. Ceux-ci sont mis en séchage tout en douceur durant quatre semaines au minimum. 

Chaque savon Alinessence est numéroté par lot, étiqueté et affiche clairement sa composition pour une plus grande transparence.

Les savons Alinessence sont créés en Belgique.

Aline, préparation d’un macérat huileux à base de calendula. ©A.Delsoir

L’atelier d’Aline s’agrandit d’année en année et à termes Aline à l’intention d’aboutir à une certification biologique totale sur tous ses ingrédients. Actuellement, toutes les huiles essentielles ne sont pas certifiées biologiques. Cependant, Alinessence porte une grande attention à l’origine de chacun de ses ingrédients. 

« Nous, c’est avant tout l’Art du savon, c’est un produit nécessaire et incontournable, mais on y ajoute aussi une touche créative, on réfléchit au design et il y a une longue réflexion avant d’aboutir sur un modèle de savon. 

Découvrez nos coffrets cadeaux durables

Un savon solide saponifié à froid pour préserver l’eau et sa santé

Adoptez un mode de vie durable avec le savon solide saponifié à froid fabriqué par Alinessence et protégez l’eau potable et votre santé des polluants présents dans les savons industriels. 

Pour les savons saponifiés à froid, Alinessence ne travaille qu’avec des huiles végétales et des beurres végétaux biologiques et ne parfume qu’avec des huiles essentielles naturelles (HE).

Chaque savon est travaillé à une température différente, Aline est toujours en recherche, il y a une signature olfactive sur chaque savon.


J’ai toujours adoré les parfums, ce n’est pas l’image, c’est plus l’odeur qui compte. »
 

Savon exfoliant naturel et sans plastique.
Savon solide de gommage, assainissant, convient pour le corps et le visage.
Savons solides neutre et nourrissant adapté aux peaux sensibles, sans huiles essentielles.
Adapté aux peaux sensibles et atopiques.
Savons solide : Bye bye imperfections d'Alinessence
Assainissant pour l’acné, les odeurs fortes en période de stress ou de malnutrition.

Un shampoing solide efficace et écologique pour tous types de cheveux.

Les shampoings solides Alinessence sont tous composés de 4 ingrédients de base : 

  • SCI Sodium cocoyl iséthionate : dérivé de coco qui va donner le côté moussant grâce à sa mousse. 
  • Amidon de maïs bio : pour le côté adoucissant
  • Racine de guimauve bio : polysaccharea, structure de sucre qui gaine le cheveu et permet d’hydrater les cheveux, rincer et démêler plus facilement. 
  • Vinaigre de cidre bio : Il assainit le cuire chevelu et referme les écailles et donne de la brillance. 

La gamme de shampoing Alinessence se décline ensuite en 4 types de shampoing solides différents. Nous en avons choisi 3 qui correspondent le mieux à notre clientèle habituelle :

Shampoing solide naturel et écologique fabriqué en Belgique
Force et Vitalité : Ce shampoing solide est spécialement formulé pour le cuir chevelu normal.
Réparation et Protection : Ce shampoing solide est spécialement formulé pour les cheveux fragilisés ou abîmés.
Ultra doux : Ce shampoing solide est spécialement formulé pour le cuir chevelu délicat.

Le SCI, pas parfait mais respectueux du cuir chevelu et adapté à tous les types de cheveux  : 

« En terme d’ingrédients naturels, on avait le choix avec le Sodium coco sulfate qui est plus écologique, mais qui n’est pas compatible avec les cheveux frisés ou bouclés et qui est plus agressif avec le cheveu. Il rend les cheveux comme de la paille…”

De la recherche et développement, pas sans les clients. 

« Au début, on avait développé un savon-shampoing mais les résultats étaient très mitigés : trop gras , trop agressif pour les cheveux… On a longtemps hésité à équilibrer les ingrédients, mais au final ce n’était pas concluant. Pour le moment, les SCI est la seule option pour répondre à la demande de nos clients (le côté moussant et la douceur au niveau du cuir chevelu.)

Il est polluant à la production, par contre il est entièrement biodégradable. La matière première pure est complètement biodégradée.

Mais la science évolue vite et avec l’attrait que remportent les cosmétiques naturels, il n’est pas impossible qu’apparaisse un jour un composant doux pour les cheveux et écoresponsables sur le marché. C’est ce que l’on espère en tout cas et à terme nous souhaitons avoir 100 % de nos ingrédients issus de cultures biologiques ! »

Les engagements de qualité d’Alinessence

100% Naturel

Tous les produits Alinessence sont fabriqués avec des produits 100 % naturels. Nous les sélectionnons avec soin pour vous garantir la qualité qui répondra à votre exigence.

Artisanal et fait-main

Tous les produits Alinessence sont fabriqués sous le label officiel « Artisanat certifié ».

Parfums naturels

Tous les parfums de Alinessence sont élaborés sur base d’assemblage d’huiles essentielles uniquement.

Local

Réalisé en Belgique à Bruxelles par Alinessence.

Posted on Leave a comment

Masterclass : Formation à la connaissance des matières textiles pour une consommation écoresponsable des textiles et des vêtements

Une formation d’une journée pour vous accompagner vers une sobriété volontaire à travers votre consommation de textile !

Si la première mission de WeCo Store – boutique de vêtements écoresponsables – est de rendre visible au public des marques de vêtements plus respectueuses de l’environnement et des conditions de travail, WeCo souhaite transmettre et agir de manière positive avec son public.

Dans ce cadre, WeCo Store organise une master class sur la connaissance des matières textiles pour une consommation écoresponsable le dimanche 20 novembre avec Vanessa Colignon, styliste spécialisée en éco-conception, fondatrice de Design for resilience ; un atelier de recherches textiles belge, pour un mode de vie durable qui fabrique tous ses tissus écologiques en Belgique.

Nous sommes souvent alertes au sujet de la composition et de l’origine de notre alimentation, mais qu’en est-il des textiles qui nous entourent ?
Ils nous accompagnent chaque jour et nous y sommes constamment exposés (textiles automobiles, rideaux, sièges, textiles médicaux, linges de maison).

À travers cette formation, nous allons partir à la découverte des différentes matières présentes sur notre territoire ; leur composition, apprendre à les différencier selon leur origine, leur transformation.

Nous clarifierons lesquelles sont réellement naturelles et nous établirons une liste des matières éco-responsables selon différents critères.

Nous aborderons également différentes thématiques comme les teintures, les différents textiles, le recyclage et ses enjeux, la notion de prix juste et de commerce équitable, le bien-être animal et les matières à privilégier, le greenwashing (comment et pourquoi s’en préserver), les alternatives existantes avec quelques études de cas… Et bien d’autres thématiques pour avoir une première approche à 360° de la filière textile.

Enfin, après avoir affûté notre regard sur la mode et le secteur textile, nous définirons ensemble des solutions et des bonnes pratiques pour réduire notre impact environnemental et social ! Et repartir ensemble avec de bonnes énergies et prêt.e à agir et faire sa part !

Informations pratiques :

Réservation & informations

Sur notre e-shop ou dans la boutique de WeCo Store

Partagez l’évènement Facebook

Où ?

Chez WeCo Store
Rue des Mineurs, 9-11
4000 Liège

Quand ?

Le dimanche 20 novembre
de 10h30 à 18h
Accueil àpd 10h10
Lunch de midi offert

Réservez votre prévente avant le 31/10/2022.
Posted on Leave a comment

Salon Maison&Objet 2022 | 08 – 12/09/2022

Tendances décorations d’intérieur : Les éponges résilientes sélectionnées par Julie Boucherat pour le salon Maison&Objet.

Vous êtes clients professionnels et vous prévoyez de visiter le salon Maison&Objet ? Découvrez-y nos produits de nettoyage écoresponsables dans les espaces Tendances du salon en septembre prochain à Paris.

En effet, dans le cadre de la nouvelle édition du salon M&O, Julie Boucherat a sélectionné nos produits de nettoyage pour la maison. Ceux-ci seront présents dans les espaces tendances qui ont pour thème les nuances de blanc. 

La directrice artistique et contributrice pour le magazine Milk Decoration a choisi une série d’objets de décoration d’intérieurs aux nuances variants du blanc au grège, en passant par l’ivoire et le grès.

Nos produits seront répartis dans différents espaces : le grand espace MOM (Maison & Objet & More), situé à l’entrée du Hall 5B et dans les 4 nouveaux espaces MOM, situés à l’entrée des halls 1, 2, 3 et 4.  

Venez découvrir nos éponges vaisselles résilientes et nos tampons-à-récurer en chanvre !

En savoir plus

Date:  du 8 au 12 septembre 2022.

Adresse: Parc des expositions de Paris Nord Villepinte.

Infos pratiquesMaison&Objet

Posted on Leave a comment

Journée Mondiale de la photographie

Interview de Marine Ferrante

Chaque année, le 19 août, nous célébrons la Journée Mondiale de la Photographie, date “officielle” de l’invention du daguerréotype, un processus photographique développé par Joseph Nicéphore Niépce et Louis Daguerre en 1837… mais le 19 août correspond surtout à la date d’acquisition par l’état Français du brevet de l’invention 2 ans plus tard… le 19 août 1839, vous suivez ?

À cette occasion nous avons décidé de mettre en avant le travail photographique de Rodéo Studio qui sublime nos produits depuis bientôt 2 ans. Rodéo Studio est formé par quatre designers qui sont Marine Ferrante, Emilie Lanoue, Max Troupeau et Arnaud Routaboul. Aujourd’hui, plus particulièrement nous vous présentons Marine Ferrante, la photographe de l’équipe.

Marine Ferrante

Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Après une licence en sciences économiques et gestion, j’ai étudié pendant 5 ans à l’école de Condé, à Paris. D’abord l’image dans le cycle photographique, soit une licence en trois ans, puis une spécialisation en communication dans le cadre du master de stratégie de communication par l’image, en deux ans. 

Après un stage de fin d’étude de 6 mois chez Picto, entreprise spécialiste de l’image, à Paris, je me suis lancée en tant que photographe / retoucheur freelance pendant 3 ans, avant de co-fonder Rodéo. Cette période m’a permis de faire mes armes dans divers domaines, notamment la mode, et au cours de missions courtes mais aussi auprès de clients réguliers et qui font maintenant partie du carnet d’adresse de Rodéo.”

Pourquoi avoir choisi la photo comme métier ?

“J’ai toujours aimé avoir un appareil photo dans les mains, c’est un outil qui facilite mon interaction avec l’environnement et avec les gens qui m’entourent. C’est un moyen d’expression qui me va bien.” 

Dès son jeune âge, Marine a déjà commencé à photographier ses sorties scolaires. Son appareil photo est depuis devenu son objet fétiche.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

“J’aime l’observation, l’approche, la construction de l’image, la capacité de saisir des choses qu’on pourrait voir sans les remarquer, la possibilité de recréer ses sensations au cœur du studio, la concentration que cela demande, le plaisir au moment de l’aboutissement.” 

L’art de la création visuelle fait partie de ce qui la passionne le plus dans ce métier. Dans la photographie, le temps consacré et la mise en scène créée à partir des objets à disposition font la valeur du métier.

“J’aime aussi beaucoup parcourir les images des autres et me laisser happer, jusqu’au moment où une image retient mon attention et que je cherche à comprendre pourquoi, et qu’est ce qui, techniquement ou émotionnellement, m’a fait m’arrêter sur cette image.  C’est très formateur et particulièrement enrichissant, même si je prends souvent des claques qui me rappellent que j’ai encore tout à apprendre.”

même si je prends souvent des claques qui me rappellent que j’ai encore tout à apprendre.” 

Peux-tu nous raconter ton histoire avec Rodéo Studio ?

“Après la photo, j’ai étudié la communication pour aller plus loin dans l’utilisation de mes images. Ça a été très enrichissant de travailler avec des graphistes et un groupe de travail en particulier m’a paru particulièrement cohérent et efficace.

« Dans une équipe, la bonne ambiance est une chose, mais ne suffit pas, l’efficacité est bien mais la cohésion du groupe est encore plus importante.« 

Nous sommes restés en contact après nos études et un jour, l’un de nous a rassemblé l’équipe avec une idée en tête : “travaillons ensemble”. Pour moi qui avais travaillé solo pendant 3 ans, c’était l’occasion de réintégrer une équipe et de participer à des projets plus complets, d’être à nouveau stimulée par ces créatifs dont j’avais déjà apprécié le talent. Ça a tout de suite été très exigeant mais aussi très satisfaisant.”

« Ça a tout de suite été très exigeant mais aussi très satisfaisant. »

Le quatuor s’est formé lors du master en communication. Après leur projet au théâtre des Champs-Elysées, ils se sont rendus compte que le groupe pouvait associer une bonne ambiance et une cohésion de groupe à une efficacité de travail, d’autant plus que le fonctionnement en équipe exige un équilibre. Chacun des quatre co-fondateurs de Rodéo ont leur propre univers et reste complémentaire au reste de l’équipe, ce qui fait une très bonne affinité graphique.

Est-ce challengeant de prendre en photo des éponges vaisselles ou de travailler pour Design For Resilience ?

“Absolument ! Design For Resilience crée des objets du quotidien qui ont plus de valeur qu’il n’y paraît, qui ont plus à dire que juste leur fonctionnalité. L’enjeu de la conception des images était de les mettre en valeur comme des produits de choix, de caractère, dans un cadre organique et géométrique. Les images principales ne parlent pas de la fonction de ces objets, mais de leur qualité. C’était aussi la première réalisation photographique du studio Rodéo et l’occasion de voir ce que nous étions capable de produire ensemble. Et lorsque nous avons renouvelé l’exercice un an plus tard, nous avons pu constater nos progrès et notre évolution.” 

« Design For Resilience crée des objets du quotidien qui ont plus de valeur qu’il n’y paraît, qui ont plus à dire que juste leur fonctionnalité. »

Photographier l’éponge résiliente nécessite toute une mise en scène pour justement souligner la qualité de l’objet. L’équipe a mis en œuvre toute une stratégie pour mettre en avant les matériaux de l’éponge.

Comment est-ce que tu travailles de manière générale ?

“Généralement, on travaille à 4 sur un projet, et l’on répartit les tâches par binôme. Pour Design for resilience, c’est surtout Émilie et moi qui préparons le travail photographique, car émilie a aussi de très bonnes compétences de set design ! (le set design, en gros, c’est tout ce qui va composer l’image et l’objet à prendre en photo, choisir les teintes, choisir les accessoires, l’ambiance, plutôt automnale ou printanière, et souvent les photographes travaillent avec un set designer qui va se charger de ce travail et ici c’est Emilie qui prend ce rôle là ! 

Emilie et moi, on dessine des croquis de ce qu’on a en tête, on a des croquis pour chaque visuel. On sait combien de visuels on va faire, il y a des visuels qui ne fonctionnent pas mais ce n’est jamais un échec, c’est souvent une réinterprétation. 

On est à 4 sur les shoot’, c’est la seule activité où on peut vraiment être à 4 physiquement pour travailler.

On valide à 4 les idées de visuels, puis on prépare tout à deux (Marine : technique, Emilie : Set design) et les gars arrivent et doivent un peu s’adapter à ce que l’on a préparé et viennent mettre leur graine de sel…

Il y a parfois des croquis 2D avec un passage plus difficile en 3D, on a donc parfois besoin de s’adapter ou de réajuster et les gars sont là pour nous aider ou nous challenger et moi pour tempérer ce qui est techniquement réalisable ou non. 

On fait ensuite la sélection à 4, puis je fais la post prod’  (retouche photo, réglage des photos, etc.). ” 

Est-ce que tu as des projets ou passions que tu souhaites partager ?

“En parallèle de mon activité pro je passe du temps sur la fabrication d’objets et de maquettes en papier dans le but d’en faire des objets visuels, parfois animés.

C’est une compétence que je mettrai avec plaisir au service de Rodéo si une occasion se présente.”

En dehors de son travail, la confection de maquettes en papier lui demande beaucoup de temps, mais elle permet d’extérioriser beaucoup d’idées. Marine le fait surtout pour son propre plaisir et pour les offrir en cadeau pour ses proches.

Quelle est ta plus grande fierté photographique ?

“Je n’ai pas vraiment de préférence en particulier, mais j’ai un petit penchant pour les photos de voyage.” 

Cette image de l’aurore boréale en Islande en septembre 2021. Elle est pleine de surprise car elle a été prise au tout début de la période des aurores boréales.

“C’était au début de la saison des aurores boréales, on avait vraiment très peu de chance d’en voir une. On décide tout de même de poser le pied de l’appareil photo. Ce soir-là, ça a commencé par un léger effet de lumière, et quelques instants après une lumière intense a embrasé le ciel pendant une minute.”

Posted on Leave a comment

Qu’entend-t-on par « résilience » ?

Aujourd’hui, prenons le temps de faire le point sur ce qu’est la résilience.

Utilisé à toutes les sauces depuis la pandémie, il paraît nécessaire de faire le point avec vous sur ce qu’est la résilience, pourquoi ça nous concerne tous et surtout comment nous mettons des choses en place pour la préparer.

Ce n’est plus un scoop, nous manquons déjà d’eau potable et de nombreuses ressources utilisées pour améliorer notre confort occidental entraînent des conséquences dont on n’est pas vraiment fière. 

Face à l’urgence écologique, le dérèglement climatique et la raréfaction des ressources, il nous semble nécessaire d’apprendre à consommer autrement en mettant l’accent d’une part sur la frugalité et d’autre part sur la consommation modérée et réfléchies des ressources abondantes, renouvelables et non-toxiques. 

Bye bye plastique. 

Qu’on le veuille ou pas, arrivera un moment où nous n’aurons plus accès aux énergies fossiles en abondance et où celles-ci seront réservées à certains types d’activité jusqu’à épuisement des stocks… les pénuries entraînant avec elles leurs lots de crises et conflits civils ou armés à venir, il apparaît nécessaire de se préparer à d’éventuels black-out ou limitations énergétiques dans le futur. Alors pourquoi ne pas apprendre en amont à se passer du superflu et à limiter notre consommation en ressources précieuses, fragiles ou polluantes ? 

C’est en tout cas l’une des missions que nous nous sommes fixées et qui s’inscrit profondément dans la transition écologique *.  

En soi, il s’agit pour nous de garder une vision optimiste de l’avenir. Plutôt que de subir la solastalgie ** et de se morfondre face à l’inaction globale et à la destruction des écosystèmes, nous pouvons agir et imaginer d’autres modèles et d’autres lois en veillant bien sûr particulièrement à ne pas créer de nouveaux problèmes. 

C’est pourquoi l’un des premiers produits que nous avons pris à bras le corps a été les éponges vaisselles synthétiques et cellulosique (viscose). Produites dans des matières nocives, polluantes à produire et à extraire, elle se disséminent dans tous les écosystèmes lors de leur utilisation. Notre but était donc d’inventer une nouvelle manière de faire la vaisselle ne reposant pas sur du plastique, de la viscose ou encore du coton qui dépend tout autant des énergies fossiles pour être produit et pollue.

* La Transition est un mouvement d’initiatives visant à assurer la résilience d’une communauté, c’est-à-dire sa capacité à continuer de fonctionner malgré des crises économiques et/ou écologiques extérieures.

** Inventée en 2003 par le philosophe australien Glenn Albrecht, la solastalgie est inspirée du mot « nostalgie ». Elle définit la souffrance psychique que l’on peut ressentir face à des paysages détruits par le changement climatique, rapporte un article du HuffingtonPost.

Découvrez nos alternatives au plastique et au jetable :

Pour aller plus loin :

Nous vous recommandons ces lectures : 

The Transition Handbook: From Oil Dependency to Local Resilience de Rob Hopkins

Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne

Ou ces conférences : 

Écologie, progrès et décroissance : Arthur Keller et Aurélien Barrau. 1h

Arthur Keller – Les défis de notre temps : caractérisation systémique et stratégie systémique 3h

Posted on Leave a comment

Comment utiliser et entretenir les lingettes démaquillantes lavables ?

Le nettoyage de la peau est nécessaire pour éviter que les bactéries et les excès de sébum ne s’accumulent à la surface pour former des acnés [1].

Pour nettoyer votre peau, privilégiez les lingettes démaquillantes lavables, d’une part parce qu’elles sont plus économiques et réutilisables, d’autre part parce que les lingettes jetables en coton sont excessivement gourmandes en pesticides et en eau lors de leur production, ce qui impactent votre santé et la planète.

C’est pourquoi nous vous recommandons le lin qui est une fibre hypoallergénique, antifongique et antibactérienne.

Continue reading Comment utiliser et entretenir les lingettes démaquillantes lavables ?
Posted on Leave a comment

Exposition : ‘The Gift To Be Simple’, New York Textile Month VII – du 02/10 au 10/10.

Nous tenons à remercier Lidewij Edelkoort et Philip Fimmano de nous avoir sélectionnés pour leur exposition ‘The Gift To Be Simple’, dans le cadre de la 7ème édition du New York Textile Month ! En collaboration et avec le soutien de Belgium is Design, merci à eux !

The Gift To Be Simple’, une nouvelle exposition de design contemporain organisée par Lidewij Edelkoort et Philip Fimmano dans le cadre de la 7ème édition du New York Textile Month du 02/10 au 10/10.

Avec Design for resilience, Vanessa Colignon, Charlotte Lancelot, Tenue de Ville, Laure Kasiers, Pascale Risbourg, Emma Cogné, Geneviève Levivier, Natalia Brilli & Celine Vahsen

The gift to be simple‘ : Le don d’être simple
Une exposition sous le commissariat de Lidewijed Elkoort et Philip Fimmano

Adresse :

138, Wooster st., Soho, New York, USA
Du 3 au 10 octobre 2022
Ouvert tous les jours de 11 h à 19 h

En savoir plus

Plus d’informations sur Belgium is Design