Nos matières, naturellement écologiques

Produire en circuit-court, nous permet de garantir le respect des travailleurs et du vivant, tout en limitant notre dépendance aux énergies fossiles.

Pour y parvenir, nous avons sélectionné des matières naturellement écologiques, d’une qualité supérieure aux matières conventionnelles et dont la production et la transformation sont les moins énergivores de la filière textile.

Des fibres frugales et d'origines naturelles uniquement

Nous travaillons les fibres végétales telles que le chanvre, le lin et expérimentons autour de laines Belges que nous avons fait filer localement. Ces matières nécessitent toutes une expertise différente pour être travaillées et transformées en Belgique. Il s’agit donc d’innover, d’expérimenter et de collaborer avec des entreprises expérimentées pour parvenir à des créations qualitatives.

Le chanvre, matière d'avenir ancestrale

Le chanvre quant à lui pousse sans irrigation et sans pesticide, c’est même totalement interdit de pulvériser sur le chanvre dans toute l’Europe ! C’est un puits à carbone, il en absorbe plus que certaines forêts le font en 1 an en seulement 3 mois !

Boycotté par des industries papetières, pétrochimiques et pharmaceutiques depuis les années 20, il est temps de se réapproprier les savoir-faire, les usages et les vertus du chanvre, une plante dont la multitude des applications est indéniable.

Le lin, une fibre végétale obtenue naturellement et méchaniquement.

La culture du lin se fait du sud de la Hollande au Nord de la France, en passant par la Belgique. Sans irrigation, elle nécessite de peu, voir d’aucun pesticide et s’obtient uniquement par transformations naturelles et mécaniques, le rouissage et le teillage.

Le rouissage : le travail invisible des microorganismes

Les microorganismes sont des êtres vivants microscopiques. Les bactéries, les microalgues et de nombreux champignons comme les levures font partie des microorganismes.

C’est grâce à leur action détritivore, associé aux températures estivales, à la rosée du matin et au travail des agriculteurs (liniculteurs) qui vont retourner régulièrement les andains de lin pour assurer un séchage et une dégradation homogène et contrôlée, que l’on obtient les fibres de lin (et de chanvre).

Après avoir arraché le lin, les liniculteurs alignent les plantes à l’horizontale sur le sol, de manière à les exposer au soleil.

C’est à ce moment que les microorganismes du sol entrent en jeu ! Ceux-ci se développent alors sur les plantes et en dévorent la pectine, ciment naturel de la plante permettant de tenir ensemble les fibres cellulosiques.

Cette action de décomposition va donc libérer les fibres naturellement présentes dans la plante, c’est le rouissage.

Autrement dit, le rouissage consiste à laisser pourrir les plantes à fibres sur le sol, en contrôlant le processus de manière à obtenir et maintenir des fibres solides. Un procédé tout aussi frugale que la culture de sa plante répondant aux enjeux environnementaux actuels, en comparaison aux ressources nécessaires à la production du coton, des fibres synthétiques ou encore des viscoses, comme celle de bambou qui participe fortement à la déforestation.

Des matières traçables

Nos lins et nos chanvres proviennent des dernières filatures Européennes qui sont labellisées Oëko-tex et respectent tant les droits des travailleurs que l’environnement.

Nos lins sont d’ailleurs certifiés Masters of linen : ce qui signifie qu’ils ont été intégralement produit (semences), cultivé et filé en Europe.

Projet Laines locales

Nous travaillons également à la relocalisation de la transformation des laines belges et nous faisons des recherches autour de laines de moutons provenant de races rustiques wallonnes. Elles sont issues de petits élevages respectueux de l’environnement et du bien-être animal de l’agnelage à la tonte.

Nos laines proviennent d’élevages ayant la vocation de préserver des races de mouton en voie de disparition et des réserves naturelles dotées de faune et de flores rares en Belgique favorisées grâce au pastoralisme.

À ce jour, nous avons mis au point 3 différents types de fils de laine belge dont nous évaluons à présent les caractéristiques.

Élevage de moutons Mergelland et d'Ardennais roux utilisés pour gérer des réserves naturelles et favoriser des flores et des insectes rares. ⒸColignon Vanessa - Juillet 2020

Envie d'en savoir plus sur la transformation des laines issues de réserves naturelles en Belgique?

Avec le soutien de